Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes contes de fées

Peut-on donner un passé tragique à ses personnages ?

Publié le 13 Octobre 2019 par BengiBerte in Conseils aux jeunes auteur(e)s

Il y a quelques années, j’ai lu une fiction terriblement mal écrite. Il était question d’un adolescent qui était harcelé à l’école de façon particulièrement ignoble. L’ado finissait par quitter l’école, puis rencontrait l’amour de sa vie. Et pouf ! Le traumatisme disparaissait comme par enchantement !

En tant que personne qui a été harcelée à l’école, j’ai été choquée. Le harcèlement scolaire est quelque chose qui peut laisser des séquelles profondes : manque de confiance en soi, tendances suicidaires, dépression, phobie sociale, incapacité à avoir une vie sociale, à se trouver un travail… On peut guérir, évidemment, mais ça prend du temps et il faut se faire aider. Présenter le harcèlement scolaire de façon aussi médiocre, c’est insulter les personnes qui ont été harcelées dans le monde réel.

Beaucoup d’auteurs donnent un passé tragique à leurs personnages pour le rendre plus intéressant : maltraitances diverses, abus sexuel, perte d’un parent, d’une sœur ou d’un frère, viol, inceste, exil… La liste des possibilités est longue. Le fait d’avoir un personnage au passé tragique n’est pas une chose mauvaise en soi : il y a d’excellents personnages qui trainent un lourd passé. Le problème, c’est quand les conséquences de ce passé sont complètement zappées.

Alors ? Est-ce qu’on a le droit d’introduire un personnage au passé tragique ? Pour moi, il y a deux bonnes options :

-Soit vous faites des recherches : lisez des témoignages, des livres de psychologie, allez sur des sites spécialisés et documentez -vous A FOND avant d’écrire. Si possible, faites relire votre texte par une personne concernée (mais ne vous vexez pas si elle refuse : elle n’a peut-être pas envie de rouvrir de vieilles blessures).

-Soit vous renoncez. Il existe de très bons personnages qui n’ont pas de passé tragique, après tout. Il existe d’autres façons de les rendre intéressants.

Bon weekend.

Commenter cet article

Enirtourenef 11/04/2020 12:26

Je ne suis pas d'accord sur les options ou moins je ne les formulerais pas comme ça. Il y a effectivement deux options :
1) Donner un passé tragique à son personnage parce que ça sert l'histoire.
2) Ne pas donner de passé tragique à son personnage, parce que le faire ne serait qu'accessoire.
À partir de là, ton point numéro 1 découle tout seul : si le passé tragique sert l'histoire, il est naturel de vouloir en chercher le plus possible. Si ce n'est pas le cas, si c'est là juste pour le rendre intéressant (le fameux mec torturé) ou montrer naïvement que l'on peut se relever de tout (ce à quoi me fait penser l'exemple que tu cites) grâce à l'amour ou autre, alors c'est inutile de lui donner un passé tragique. En plus, il y a passé tragique et passé tragique. Pour mon premier roman, dont j'écris actuellement le premier jet, l'un de mes personnages assiste à la mort violente et inattendue d'un de ses proches amis. C'est tragique. Ça va le traumatiser. Mais son passé ne se résume pas à ça.